Notre état d’esprit 3 mois avant le départ

A moins de 3 mois de notre grand départ, plusieurs états d’âme nous traversent l’esprit ! Nous vous en parlons aujourd’hui dans cet article :

Ressenti de Louison :

Beaucoup de choses me passent par la tête 3 mois avant le décollage :
la peur de l’inconnu, l’angoisse d’être loin de nos racines, le pincement au coeur de quitter un travail qui nous passionne, l’impatience de partir, la longue attente où 3 mois paraissent être une éternité, et paradoxalement ces 3 mois paraissent être tellement courts quand je pense à mes proches que je ne verrais pas pendant un an !
L’envie que ces semaines passent très vite et par moments l’envie que le temps s’arrête. Mais globalement, quand je me dis à moi-même « Dans 3 mois on monte dans l’avion », le ressenti le plus présent est celui de l’impatience !
J’ai parfois l’impression d’être déjà un peu déconnectée, d’avoir la sensation de devoir me concentrer dans le moment présent !

Ressenti de Jérôme :

Je suis surexcité à l’idée de partir ! Bien que certaine chose me fasse peur comme notamment l’éloignement vis-à-vis de mes proches ou encore la découverte de l’inconnu, j’ai quand même hâte d’entamer ce voyage et de réaliser notre projet. Cela fait plus d’un an et demi que nous travaillons sur ça.  Cependant, j’arrive à contenir cette excitation car il nous reste quelques formalités à réaliser avant notre départ. Cela me permet de ne pas trop penser au voyage et de rester focus sur le moment présent.

Craintes et angoisses

Même si notre projet est assez bien cadré et plutôt bien préparé, il nous arrive parfois d’avoir des petits moments d’angoisse lorsqu’on pense notamment au déracinement. Être loin de ses amis n’est pas chose simple, être loin de sa famille l’est encore moins. L’entourage est source de soutien. Nous avons des habitudes avec notre entourage qui parfois pourrait paraître basiques ou simples, mais ces petites habitudes amicales et familiales sont bien plus importantes qu’on ne le pense ! Déjà lors de notre déménagement à Paris le changement fut rude ! Mais nous avons visiblement voulu corser les choses en partant un an à travers le monde !

3 mois avant ce fameux départ on ressent également la peur de l’inconnu ! Mettre les pieds dans un pays dont on ne connaît rien n’est pas sans conséquences ! Nous allons devoir nous adapter à des nouvelles cultures, des nouveaux paysages, être confronté à des langues que nous ne parlons pas et à des temporalités bien différentes de celle de Paris ! Le rythme métro-boulot-dodo est à l’opposé de ce qui nous attend !

Un point non négligeable nous amène vers une certaine angoisse, la trouille d’être malade ! Il va falloir être vigilant pour ne pas risquer de choper un virus par-ci par-là ou ingérer une bactérie qui pourrait gâcher notre voyage.

Ce projet est pour nous synonyme de dépassement de soi. Pour menez à bien cette aventure nous allons devoir faire preuve de confiance en nous ! Et pourtant il règne une petite crainte, celle de ne pas être à la hauteur, ne pas atteindre l’objectif fixé, ne pas réaliser de ce que nous avons annoncé et ce qui a été projeté de faire.

Impatience et excitation

L’impatience, l’excitation, la hâte, autant de mots qui caractérise notre état d’esprit au moment où l’on écrit ces quelques lignes. Pour tout vous dire, sentant que le départ approche, nous avons de plus en plus de mal à nous motiver pour les choses de la vie quotidienne (le travail notamment …) ! Nous avons envie d’accélérer les choses, de faire nos cartons, d’acheter les derniers accessoires, de préparer nos sacs à dos … Mais nous freinons un peu ces tâches, nous essayons de ne pas aller trop vite au risque de bâcler les derniers préparatifs, nous préférons les étaler sur les deux mois et demi qu’il reste et bien faire les choses.

Ce sentiment d’impatience est amplifié par les dires des collègues, de la famille et des amis « alors bientôt le départ ? » « ça approche là, ça se compte en semaine maintenant ! » « Bon vous êtes prêts à partir ? Le sac à dos est prêt ? ».

Paradoxalement a ce qui a été évoqué un peu plus haut, la peur de l’inconnue n’est pas qu’une crainte, elle est aussi une grande excitation ! Nous avons à coeur de découvrir de nouveaux horizons, de nouvelles moeurs et coutumes et surtout rencontrer des habitants de chaque pays avec qui nous pourrons partager.

Au final, on ne s’imagine pas quel impact cette aventure aura sur notre vie ! Et très honnêtement, on ne réalise pas vraiment ce qui nous attend, c’est un sentiment étrange qui s’empare de nous, on a hâte, on a peur, mais on ne réalise pas que l’on va entreprendre cette grande aventure dans quelques mois. Pour vous donner une image, nous avons l’impression pour l’instant de voir notre aventure de haut et que l’on en fera vraiment partie au moment on l’on posera un pied dans l’avion.

Une pensée sur “Notre état d’esprit 3 mois avant le départ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.